Le mal de dos

Les expressions familières comme « en avoir plein le dos », « avoir bon dos », « courber le dos » ou encore « donner froid dans le dos » sont le reflet d’un inconscient collectif dans lequel le dos est le support, indéfectible, d’un grand nombre d’émotions. Il n’est donc pas anodin de constater, qu’en France, le « mal de dos » est la première cause d’invalidité avant 45 ans. Il est le deuxième motif de consultation chez les médecins généralistes et coute environ 2,3 milliards d’euros, par an, à la Sécurité Sociale. On estime que 80% des français se plaindront, au moins une fois dans leur vie, du dos et cette prévalence ne cesse d’augmenter.

Un peu d’anatomie

Le dos est parcouru, en son centre, de haut en bas, par la colonne vertébrale ou rachis. Elle est constituée d’un empilement de petits os cylindriques appelés vertèbres et séparées entre elles par des disques fibreux souples. Chaque vertèbre est traversée, en son centre, par un ensemble de fibres nerveuses, la moelle épinière, constituant une partie du système nerveux central. La colonne vertébrale a donc pour fonctions de la protéger mais aussi de soutenir et de permettre le mouvement du corps tout en amortissant les différents chocs qu’il subit.

Le mal de dos

Le mal de dos est une douleur qui peut concerner les vertèbres cervicales situées au niveau du cou, les vertèbres dorsales, situées au milieu du dos, mais beaucoup plus fréquemment, les vertèbres lombaires, situées au niveau des reins. Les vertèbres lombaires soutiennent une partie importante de notre corps, dans une région très sollicitée, donc fragile. L’inflammation de cette région est une lombalgie. La douleur engendrée peut être aigüe ou chronique. Lorsqu’elle est aigüe, elle est souvent désignée par les termes populaires de « lumbago » ou de « tour de reins ».

Un traitement naturel par voie orale pour soulager la douleur aigüe

Pour soulager l’inflammation, efficacement et durablement, un traitement à base de plantes anti-inflammatoires, antalgiques, drainantes, « circulatoires-oxygénantes » et reminéralisantes sont prises par voie orale.

Le premier mois :

Gingembre-Curcuma : prenez une gélule de poudre de gingembre et une gélule de poudre de curcuma + pipérine, matin, midi et soir, pendant 21 jours.

Extrait hydroalcoolique de feuilles de cassis : prenez 15 gouttes d’extrait hydroalcoolique de cassis, matin et soir, pendant 21 jours.

Tisane “circulatoire” : https://www.herboristerie.com/produits/tisane-circulatoire-jambes-lourdes/ : Mettez une petite pincée de mélange dans 300 ml d’eau frémissante. Arrêtez le feu et laissez infusez pendant 15 min. Buvez l’infusion, le soir, pendant 21 jours.

Le second mois :

Feuilles d’ortie : prenez 2 gélules de feuilles d’ortie, midi et soir, pendant 21 jours.

Un traitement aromatique par voie locale

Pour soulager l’inflammation et la douleur, efficacement et rapidement, des huiles essentielles (HE) anti-inflammatoires, antalgiques, myorelaxantes et réchauffantes sont appliquées localement.

Mélange aromatique pour massage :

Prenez une bouteille en verre teinté de 100 ml et y verser

HE de gaulthérie (Gaultheria procumbens) : 5 ml, soit 150 gouttes

HE d’eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) : 5 ml, soit 150 gouttes

HE de romarin à camphre (Rosmarinus officinalis CT camphre) : 3 ml, soit 90 gouttes

HE d’ylang-ylang (Cananga odorata) : 3 ml, soit 90 gouttes

Huile végétale de calophylle inophyle (50 %) + macérât huileux de calendula (50 %) : QSP 100 ml

Prenez 5 à 6 gouttes du mélange. Massez la partie douloureuse, pendant 2 à 3 minutes, 2 à 4 fois par jour dont une au moment du coucher, pendant 10 à 15 jours. À renouveler après 5 jours d’interruption.

Cette préparation est contre-indiquée aux personnes dont les dérivés salicylés (aspirine) ont été proscrits et aux personnes sous anti-coagulants.

Agir rapidement

Comme pour toutes les affections, plus on agit vite, plus les traitements naturels sont efficaces rapidement. Leur prise permettra la mise en place d’une activité physique adaptée (marche, vélo, yoga, natation…), indispensable au bon fonctionnement de votre organisme. Dans un prochain article, je vous donnerai un traitement différent pour soulager une lombalgie chronique.

Pascale Gélis Imbert-Docteur en pharmacie-“Mon grand manuel des huiles essentielles”

Ne pas oublier : demandez toujours conseil à votre médecin en cas de grossesse, d’allaitement, de traitement médicamenteux et pour les enfants de moins de 12 ans. Toutes les huiles essentielles sont déconseillées pendant les trois premiers de la grossesse. Avant d’utiliser une huile essentielle, mettez une goutte dans le creux de votre coude. Si aucune rougeur n’apparait après 30 à 45 min, c’est qu’elle vous convient. Evitez tout contact entre une huile essentielle et les yeux. Pour toutes les préparations, respectez les protocoles décrits.

2 Commentaires

  1. Gayde-Prat
    • Facebook
    • Twitter
    • Pinterest
    • Print Friendly
    • LinkedIn
    • Tumblr

    Merci Pascale pour ces conseils

    Réponse
    • Pascale Imbert
      • Facebook
      • Twitter
      • Pinterest
      • Print Friendly
      • LinkedIn
      • Tumblr

      Merci Sabrina ! Belle fin de journée.
      Pascale GI

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement nos conseils et informations

Cadeau de Bienvenue

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Print Friendly
  • LinkedIn
  • Tumblr
A votre inscription, vous recevrez Gratuitement mon livret :
"Mes huiles essentielles en voyage"

L'Actu au naturel !

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'information afin de recevoir, régulièrement, des informations, des soins, des anecdotes sur les plantes médicinales et les huiles essentielles !

En plus vous recevrez Gratuitement mon livret "Mes huiles essentielles en voyage"

Votre inscription est confirmée, merci !

Pin It on Pinterest

Share This